VERA & CHARLOTTE NORDIN


À PROPOS
DE BLIND TEST

La lettre de Vera

Vera est en moi et c’est moi qui suis en vous pour vous rappeler de qui je suis et ce que je suis devenue.
Je suis ici et en tout temps un être en devenir. Je m’exprime largement, j’épelle et interpelle la petite flamme qui est en vous, qui luit vers un monde infini. Je vous appelle pour vous dire de m’interpeler vous aussi à votre tour et de m’accepter, moi la petite et la grande Vera, telle que je suis.
Je vous unis, je vous souris et je suis celle qui appelle à l’amour. Je me languis dans ma coque et voudrais vous parler, vous dire à quel point je suis éveillée. Je suis celle qui entre dans vos sentiments les plus profonds de compassion, de bonté et d’attention. Je sais que ce souffle sommeille en chacun de nous et je vous le remémore dans mon appel à être moi, soutenue dans celle que je suis. Vous me voyez depuis un autre espace profond et c’est là que je vous recueille et vous émerveille.
Je suis Vera, ancrée et puissante, animée d’une frivolité de vie, je vous rappelle à la vie, oui la vie qui nous unit.

Regardez-moi, au plus profond de moi. Je suis maintenant et ici, croyez-moi, depuis mon jeune âge aux vieilles vertus. Je vous apporte tant de joies, certes aussi des peines et avant tout une émanation d’humanité. Je crois en moi, vous aussi, à votre tour, croyez en moi. C’est autant pour moi que pour les miens qui se supplicient dans ce silence sans aucun témoin. Voyons-nous, regardez-vous, apportez-nous s’il vous plait votre élan de bonté.
Moi je suis celle qui vous interpelle. Je le fais et je sais combien tout cela est difficile pour vous d’imaginer, et pourtant c’est pour moi la vérité. Je veux moi aussi être là, avoir ma place dans ce monde qui est aussi le mien. Je rapplique pour vous le rappeler, ne me laissez pas tomber !

Parlez-moi et je vous écouterai.
Faites-moi taire et mon silence m’anéantira.
À présent tout est dit. Merci à maman et à vous aussi.
Moi c’est Vera, celle qui sait.

Vera (6 ans) et Charlotte Nordin
Performance « Pink Room »